2 enfants, 2 verres d'alcool, 2 paracétamols

Publié le par A la mère si

Bon, comme ça, ça ne se voit pas, parce que j'ai une vraie tête de bonne soeur sexuelle et que je suis plutôt discrète voire réservée.

 

Sauf que, bein, sauf que.....

 

Il y a de cela des années, j'ai rencontré l'alcool, ou plutôt c'est l'alcool qui m'a rencontrée.

 

Et bam, comme ça il s'est accroché à moi chaque week-end, me faisant littéralement :

 

Brailler des inepties.

 

Vomir dans mon sac à main.

 

Aborder des inconnus et leur raconter une vie qui n'est pas la mienne "J'm'appelle Madison, ch'uis coiffeuse-esthéticienne, j'viens de passer mon permis de chasse et ch'uis fan de Jean-Luc Lahaye.....".

 

Finir par me prendre pour les personnages que je m'invente.

 

Dormir dans ma minuscule micra, y entasser 6 personnes.

 

Danser le flamenco pendant un fest-noz.

 

Puis dire à chaque fois "c'est la dernière fois les copains, la prochaine fois que vous me voyez enquiller les verres à ce rythme vous me gifflez", puis remettre ça la semaine suivante parce qu'il y a toujours quelque chose à fêtez (jusqu'à la ménopause de tata Jeanine dite Ninja, oui...)

 

 

Voilà la liste est plutôt longue et je vous l'épargne. Elle est longue et lointaine...

 


 

paracetamols.jpg

 

Parce que depuis, j'ai rencontré le père formant (et il n'avait pas envie de passer ses soirées avec une enflammée du verre sans fond, et sa bande de pieds de vignes de joyeux potes assoiffés).

 

Et surtout, surtout, depuis, j'ai fait deux enfants.

 

 

Pour la première grossesse, j'ai été grillée au deuxième refus d'apéro. J'ai eu beau trouver des tas d'excuses pour ne pas trinquer, pas une ne passait. Bah, oui, qu'une gastro m'empêche de sirotter un apéro, impossible. La pseudo gueule de bois de la veille non plus, c'est vrai quoi faut soigner le mal par le mal.

Donc, quand j'attendais Plume j'ai déserté des tas de soirées pour ne pas être gaulée mais ça n'a pas fonctionné. Et quand j'ai annoncé ma grossesse, bah y'a pas eu d'effet de surprise quoi...  Le prix à payer pour mes habitudes épicuriennes ces folles et joyeuses années?

Voilà, 9 mois de grossesse et 6 mois d'allaitement plus tard je reprenais mon premier verre et m'en souviens encore. Après une journée harrassante, je prends 3 verres et j'me sens drôlement frétiller, ça me rend tellement à l'aise que je commence à déballer mes histoires d'épisio et de lochies... Le père formant me raccompagne au volant de sa voiture bleue cerise (c'est ainsi que je la voyais sur l'instant), je lui demande une halte dans un lieu pseudo-touristique du coin et ..... il s'éxécute (béni soit cet homme). Puis, je vomis sur sa portière et je cuve pendant 24 heures. Cette cuite j'peux vous dire que je l'ai regrettée et qu'ensuite j'ai mesuré chaque goutte d'alcool tentant une intrusion dans mon corps.

 

Puis, il y a eu la grossesse de Plumeau, 9 mois, zéro alcool, j'ai fêté mes 30 ans à la Buckler.

 

Là, le Plumeau il a presque 4 mois, il est un peu moins greffé à ma poitrine et la semaine dernière il nous a fait des nuits de 14-15 heures (mais seulement la semaine dernière, ne sois pas jalouse va !).

 

Vendredi soir, nous avions une soirée avec quelques amis. Une fois le Plumeau nourri et couché j'me suis dit que je pouvais m'autoriser 1 ou 2 verres (en sachant qu'il faut 6 heures pour évacuer un verre d'alcool, enfin rapport au lait maternel, je m'entends).

 

Alors, j'ai fait un truc de fou : J'ai bu un demi-verre de rosé et un demi-verre de rouge.

 

Et bien, écoutez moi bien, j'ai eu mal à la tête le lendemain , la sale barre désagréable qui vous fait regretter votre douzième verre, sauf que moi bah y'en a eu 2 moitiés quoi ! 

 

Et le lendemain, j'ai eu besoin d'avaler 2 paracétamols pour faire passer ces 2 pauvres verres sensés accompagner un bon repas.Je vous jure avoir des enfants, parfois c'est faire voeu d'abstinence pour des tas de trucs...

 

Alors, voilà, j'ai fait les comptes, 2 enfants, 2 verres, 2 paracétamols...

On ne m'y reprendra plus ou bien....

 

N'est ce pas les copains !

Publié dans maternité plumeau

Commenter cet article

Norzem 08/11/2012 17:14

11 mois d'allaitement et je n'ai toujours pas touché au précieux breuvage.
Je n'ai pas bu depuis ....... mars 2011.
Le jour où je prends un verre, ce sera chez moi, car je pense rouler très vite sous la table!

A la mère si 12/11/2012 21:55



Bon, bah appelle moi, quand tu prendras ce verre, j'm'en verserai un aussi, j'aime les dialogues de filles bourrées !



Samdalia 08/11/2012 16:29

ah oui, et se faire grillée dès le premier verre de refusé, connu aussi! Oo Du coup je me demande, si je devais vivre une autre grossesse comment je m'y prendrais....

A la mère si 12/11/2012 21:51



arrrfff, pour le plumeau, j'ai tout de suite annoncé ma grossesse, pas besoin de mentir à l'apéro et l'effet de surprise était bien là !



Samdalia 08/11/2012 16:27

j'ai ADORE ce billet!!!!!...je crois que nous avons passé à peu près les mêmes soirées avec les mêmes potes.... :-)
Je me suis autorisée 3 soirées depuis août où j'ai cru que j'avais encore 20 ans (et pas d'enfants) et ouille! que ce fut dur le lendemain......!!!!!!!!!
Bon courage les p'tits malades...!

A la mère si 12/11/2012 21:50



Merci Samdalia ! Bon, alors on s'la fait quand cette soirée avec un lendemain difficile ???!!!



Elodie 08/11/2012 03:25

Haha, merci pour cet article, je ne me reconnais que trop bien. Luca, 5 mois, commence enfin à lâcher mes seins. L'autre jour pour l'anniversaire de l'Homme j'ai trop fait la ouf: j'ai bu deux
verres de vin. 1h après, migraine. 3h après.. Je vomissais de tout mon soûl.

Mais bon.. Au moins, maintenant, quand je veux être bourrée, c'est hyper économique.

A la mère si 08/11/2012 16:39



ouiiii ! Tu as raison de voir les bons côtés de la chose, la cuite cheap quoi !



maman est occupée 07/11/2012 09:03

Disons que pour le suspense, c'est mort !

A la mère si 07/11/2012 09:53



Bah ouais, puis savoir que tout le monde a fait semblant de ne rien voir, c'est bon ça !