DES JUMEAUX OU COMMENT FAIRE FLIPPER UNE JEUNE PRIMIPARE

Publié le par A la mère si

  

J’ai rendez-vous chez ma généraliste (c’est elle qui assure le suivi de ma grossesse).

Je vous plante le décor : je me déshabille, elle m’osculte, fronce les sourcils, s’arrête un instant puis me dit : il y a beaucoup de jumeaux dans votre famille ?

Je lui réponds oui puisque c’est le cas. Elle me regarde et déclare : « Qu’est ce qu’il est gros votre utérus, je pense que vous attendez des jumeaux, je l’ai diagnostiqué seulement 5 fois au toucher et je ne me suis encore jamais trompée ! ». 

Silence, le ciel s’écroule sur moi.

Je lui dit : « Il n’y a pas un moyen de le savoir de manière plus sûre ? »

Elle me répond : « Si bien sûr, à l’échographie, elle a lieu le 28 Décembre, vous attendrez bien, d’ici là ! ».

Bam, en attendant portez vous bien, c’est 23 euros, merci ! (Pas cher pour une séance d’astrologie vous me direz !).

images jumeaux

Evidemment en sortant de son cabinet je m’effondre et téléphone au père formant qui, lui en revanche hurle sa joie, situation incongrue, n’est ce pas ?

Je ne songe plus qu’à ça, il est complètement impensable d’attendre le 28 Décembre pour savoir. D’autant plus que nous avons prévu d’annoncer cette grossesse à noël et que j’aimerai bien pouvoir préciser combien de fœtus exactement  habitent mon utérus !

 

Nous passons notre week-end à ressasser cela, un dans l’excitation et l’autre dans l’angoisse.

Puis, le dimanche soir, je ne tiens plus et j’élabore un plan : nous irons aux urgences en prétextant un mal de ventre très intense et ils me feront une écho (sur laquelle nous verrons le nombre de fœtus). Ah, Ah, je suis machialévique !

Ce que nous fîmes : A 18h nous débarquons, j’indique mon début de grossesse et un mal de ventre intense. Je suis tout de suite prise en charge au service gynécologie. Là je suis obligée de mettre en scène mes talents de comédienne : je simule des maux des ventre au toucher (là vous avez mal ? non, et là ?, et là ? oui, et là ? oh oui…).

Bon enfin, on passe à l’écho, nous découvrons un haricot sur l’écran du médecin, et comme ça, l’air de rien le papa demande « il y a combien d’embryons ? », réponse « Ah je n’en vois qu’un ! », gros « ouf » de soulagement que je tente de dissimuler…

Les investigations continuent et suis obligée de continuer à jouer le jeu : verdict : constipation. Traitement : forlax !

Merci beaucoup monsieur ! Et bonne soirée ! Youpi, vive le forlax et la grossesse unique ! 

 

Publié dans Grossesse Plume

Commenter cet article