Jeune femme cherche remède anti-loose

Publié le par A la mère si

Bon je vous avais raconté ma journée de mercredi dernier. C'était du haut niveau en matière de loose parentale...

 

Et bien, hier,  mercredi, encore une fois et j'ai bien peur que cette journée batte a explose en intensité celle de la semaine dernière (en matière de loose, je m'entends).

 

En me levant, j'aperçois une Plume aux joues bien rouges, je touche son front brûlant (et me doute déjà de la journée que je m'apprête à passer).

Je dégaine mon thermomètre : 39.6. On pourra bientôt compter sur elle pour chauffer la maison rien qu'avec son corps.

 

Je me fais un café en préparant la pipette de dolip', mes si fidèles compagnons depuis quelques semaines.

 

novembre.jpg

 

Je m'approche de Plume, elle commence à râler, à base de : "Non, pas de dolip', pas de dolip', pas de dolip'..."

S'ensuit un dialogue ne menant à rien, du style : "Mais si, tu as de la fièvre, c'est important pour ne plus être malade. Non, je veux garder ma fièvre et je ne suis pas malade. Plume ne discute pas, je sais ce que je dois faire pour toi. Oui, tu dois arrêter de me donner du dolip ".

 

Bon, ce dialogue s'est terminé par une tentative de blocage de Plume digne d'un combat de ju-jitsu, afin qu'elle le prenne enfin ce fucking paracétamol. Elle continue de se débattre en gardant les dents bien serrées. Je lui dis : "Si tu ne veux pas avaler ce dolip', je vais être obligée de te le donner en suppo et tu as horreur de ça." Elle me réponds : "Oh, oui en suppo !". Et elle baisse son pantalon, puis me dis "On va mettre la pipette dans les fesses". Euh, vous imaginez ma tête à ce moment précis. Là, je ne suis pas fière de ma p'tite menace (et me demande comment me sortir de ce fourbis !

 

Et puis, je n'ai pas de dolip' en suppo à la maison. Mais ça, ce n'est qu'un détail...

 

A ce moment, j'ai besoin de partager ma loose. L'heureux élu sera tata-tata :  le père formant ! Lui aussi, il tente de raisonner sa fille à base de : "Plume tu dois prendre le dolip' !" Et Plume : "Oui, je vais le prendre dans les fesses", humhum. Je raccroche et décide muscler mon jeu et réussi enfin à lui faire avaler. ....... De force .......

 

Bon, elle en a la moitié dans les cheveux... Je recommence donc l'opération.

 

Quand je pense que certains jours (où elle n'en a pas besoin, évidemment) elle nous le réclame à corps et à cris ce précieux breuvage rose....

Des restes de la phase d'opposition peut-être ?

 

Ouf, je peux souffler un peu. Et commencer mon café.

Ah, non, il est 10h20, Plumeau se réveille, (ce petit est un prodige.... Cla clap clap pour les 14h de sommeil.., non, j'arrête, le dernière fois que j'ai dit ça je l'ai regretté très fort le lendemain).

 

Je nourris Plumeau, pendant que Plume braille chante "Un p'tit coin de parapluie contreun coin de Paradis" dans son micro oui-oui. Bon, elle ne doit pas être si malade. (Et moi pendant ce temps, j'me demande où il se trouve mon p'tit coin de paradis, arfffffffff).

 

Mon café a refroidi. Tanpis, je le bois quand même. Ah, non, en fait, je le renverse. Plume se met à rire. Plumeau l'imite.

Et moi, j'en viens à regretter cette dernière phrase de mon billet sur le congé parental, un truc du genre : "C' que c'est bon d'être à la maison dans les doux bras de mes plum's".

 

 

Et puis, j'autorise Plume à rester en pyjama car elle est malade et nous ne sortirons pas. D'ordinaire elle adore les journées pyjama.

 

Sauf que là non , elle veut s'habiller. La phase d'opposition, n'est pas très loin derrière...

 

J'avais préparé ses vêtements la veille pour l'habiller comme ça :

 

octobre-591.jpg

 

 

 

Mais, elle me répond : "Non, je ne veux pas, Papa m'appelle Heidi quand je suis habillée comme ça."

Moi : "Mais elle est très jolie Heidi".

Elle : "Non, je ne veux pas qu'on se moque de moi, je vais choisir toute seule."

(Père formant, nous réglerons nos comptes dès que nous aurons 2 minutes, crois-moi).

 

Bon, j'arrête les négociations et la laisse choisir ses vêtements.

Euh, bein note pour plus tard, mettre en bas de son armoire des vêtements neutres et adaptés pour la saison. Parce qu'elle a choisi un débardeur d'été avec une jupe à pois et des collants à fleur. Bon, re-négociation, c'est moi qui choisi mais je suis tout de même faible et je cède pour le débardeur (elle le mets sur son sous-pull, soyons tarés) puis je le planque à l'aide d'une tunique...

 

Je n'ai jamais été aussi patiente que depuis que je suis mère.... Enfin, je n'ai jamais autant crié non plus.... Voilà toute la complexité de ce rôle.....

 

Bon, après ça, je m'occupe du Plumeau et la laisse jouer seule. 10 minutes plus tard, je vais vers elle et que vois-je?

 

Ceci dans l'entrée de la maison (comme la semaine dernière, elle y tient....).

 

Je lui demande pourquoi il y a un tel foutoir ici :

 

  novembre-009.jpg

 

Elle me réponds : "On joue à faire semblant d'être chez quelqu'un d'autre. Si seulement vous pouviez ne pas faire semblant".

 

Bon, nous passons à table, Plume me dis qu'elle aimerait manger des kinder en entrée, puis de la purée et des pâtes avec du chorizo. Sa demande ne sera pas entendue. Elle se demande pourquoi. J'ai envie de lui répondre : 3 Parce que je ne veux pas que les services sociaux rappliquent"...

 

Pendant le repas, Plume me confie son rêve le plus fou du moment : Faire une promenade en poussette avec son frère. Plume a 3 ans, elle n'a jamais aimé la poussette. Elle a toujours préféré, l'écharpe, les bras où la marche. je ne compte pas le nombre de fois où j'ai poussé sa poussette vide. Mais Plume est imprévisible, elle aime les contradictions, j'espère qu'elle trouvera un homme qui aime en baver les femmes compliquées.

 

Et là, vous savez quoi?

 

J'ai fait mon J-Claude Vandamme et je me suis dis : "La loose il faut l'accueillir, l'adopter et la transformer en Win....".

 

J'me suis dis soyons fous aujourd'hui je vais réaliser son rêve enfin presque. Elle son kiffe serait de sortir avec 2 poussettes, un nain dans chaque. Parce qu'elle a vu une famille faire ça et qu'elle a dû trouver que c'était un hymne au bonheur. Une vraie famille Ricorée quoi.

 

 

Le ciel était bleu, comme ça, et c'est plutôt rare chez moi !

 

 

novembre-006.jpg

 

 

Alors, bon, j'ai pris la stratégie de la Win, j'me suis dis : "Je vais essayer de faire en sorte que la journée devienne agréable malgré tout." Elle a enfilé 3 bonnets et 2 manteaux et nous sommes sortis. Plume et ses 99 cm dans la poussette, Plumeau dans l'écharpe.

 

Elle était heureuse, et quand elle est heureuse elle est encore plus volubile. Elle a tout commenté : C'est allé du Mont saint Michel qu'on voit au loin "mais qu'on ne peux plus y aller parce que Sarko il avait mis des barrières toussa toussa", jusqu'au "maïs qui est en train de pourrir et qu'elle trouvait que ce n'était pas normal que les tracteurs ne le coupent pas...."

J'ai souvent hoché la tête, acquiescé du bout des lèvres, pas vraiment investie dans la conversation, étonnant non?

 

Puis bon, j'me suis détendue et j'ai essayé d'avoir moi aussi 3 ans dans ma tête et m'étonner de tout.

 

Et puis Plumeau nous faisait une petite bouille comme celle là dans l'écharpe, alors vous voyez ça m'a bien aidé à me détendre un poil quoi :

 

 

 

novembre-027.jpg

 

 

Quand nous sommes rentrés, nous étions toutes les deux beaucoup plus détendues, elle a pris un bon goûter (moi j'ai résisté à cause de ce fucking régime".

 

 

Et j'ai proposé une petite activité de peinture, qui a finalement duré 2 heures parce plume elle kiffe, elle kiffe tellement que parfois même elle se tait devant ses chefs-d'oeuvres :

 

novembre-034.jpg

 

novembre-035.jpg

 

  Quand, elle m'a dit : "J'adore faire de la peinture, je voudrais que ce soit mon métier plus tard", là, j'ai su que je n'avais pas perdu ma journée. Voilà, le remède anti-loose était tout trouvé car comme dirais Jean-Claude : "Tout est dans le mental, dans le brain".

 

Et comme Plume restera toujours Plume, le soir, après lui avoir donné son dolip' sans difficultés, elle fait semblant de lire la notice. D'un coup comme ça l'air de rien, je l'entends dire : "Alors, c'est écrit : il ne faut surtout pas forcer les enfants à prendre ce médicament..., TU VOIS MAMAN" 

Publié dans Maternité Plume

Commenter cet article

Delph Dolce 25/11/2012 00:16

Mais elle est extra ta Plume ;;)

D.

Popolino 18/11/2012 20:52

ahahah j'adore cet article !! ta Plume ,c'est un sacré numéro !!! et j'adore le ton de l'article !! j'ai bien ri !

A la mère si 19/11/2012 18:28



Merci beaucoup popopoups !



Suzanne51 16/11/2012 21:08

Je l'adore cette petite Plume !! Elle a de la répartie :)
Ici aussi poulette fait des effets de style quand elle choisit ses vêtements lol

GROS BISOUS

A la mère si 16/11/2012 22:30



Oui, à 2 ans et demi on s'en fout des codes vestimentaires ! Bien raison la poulette, pourquoi on s'ennuierait avec ça !



Maman psychomot 16/11/2012 20:13

La notice du Doliprane revue et corrigée par les enfants...aie aie aie !! Elle vous demande du pep's quand elle est malade la miss Plume !

A la mère si 16/11/2012 22:10



Oui, c'est tout à fait ça! Oui, disons qu'on se couche beaucoup plus tôt que d'habitude et beaucoup plus fatigués qu'elle quand elle est malade !



FoxyMama 16/11/2012 16:23

Beau retournement de situation la mère si, bravo. Quand à Plume, mais n'importe quoi, vraiment n'imp mais marrant

A la mère si 16/11/2012 22:08



Tiens, justement depuis cette semaine elle arrête pas de répéter ça : "N'importe quoi, je fais vraiment n'importe quoi....". Parce qu'en plus elle s'en aperçoit !


Hey, à mercredi !