L’ARRIVÉE DE LA PLUME

Publié le par A la mère si

16h15 : Arrivée à l’hôpital, je perds encore du liquide amniotique et on peut me suivre à la trace, ce qui est super chouette. Les gens devant l’hôpital me souhaitent bon courage, c’est vrai qu’on se doute que je ne viens pas pour des cors au pied. A la maternité c’est Alain, sage-femme qui nous accueille. (Oui on dit comme ça même pour un homme et pas maïeuticien comme on pensait).

Jusqu’ici tout va bien, je suis souriante, je n’ai pas mal.

 

17h : premières contractions douloureuses. Papa transpire, beaucoup. Il doit rappeler son pote pour qu’il lui amène un tee-shirt propre et une pierre d’alun.

 

19h30 : Deux heures et demie que je souffre… Je demande à la sage-femme présente si je peux aller dans la baignoire. A ce moment, les contractions sont très fortes et très rapprochées (toutes les minutes). Je ferme les yeux et souffle très fort. Papa essaie de mettre en œuvre ce que nous avons apprit aux cours de préparation à l’accouchement, à bas la méthode Bonapache, je ne supporte plus qu’on me touche.

 

20h : arrive la sage-femme de la « relève » Stéphanie, elle a une sacrée niaque, ce sera parfait pour me donner du courage.

Avec elle, une auxiliaire de puériculture, elle est infecte et râle avec sa voix nasillarde quand je peine à sortir de la baignoire à cause d’une contraction. Si j’avais tous mes moyens je lui aurais fait bouffer ses dents.

 

20h30 : J’arrive en salle d’accouchement.

 

21h30 : L’anesthésiste arrive, jeune, beau, sympathique ma foi. Il demande à papa de sortir 15 minutes le temps de poser la péri. Il faut que j’arrive à ne pas bouger pendant deux minutes malgré les méga contractions. La sage-femme me tient fermement (euh tu ne veux pas échanger les rôles avec ton pote anesthésiste steuplé ?). Petit soulagement au bout de 20 minutes mais ce n’est pas suffisant. Le bel anesthésiste revient m’injecter une dose. Je suis enfin soulagée et même s’il avait eût 30kg de plus et trois dents en moins je crois que j’aurais quand même souhaité lui rouler une pelle, tellement je vais mieux.

 

Le temps passe nous écoutons de la musique, préparée avec soin par père formant. Lui lit tranquillement « Heavy metal magazine » pendant que moi je rêvasse.

A ce moment je suis bien je veux rester comme ça une éternité et veux surtout ne plus accoucher. Qu’on me laisse tranquille un peu les enfants !

 

La sage-femme passe, décide de pratiquer l’acupuncture « pour que le travail soit plus harmonieux » selon elle . Euh, mais non ça va accélérer le travail, je ne veux pas ! « Non, non, ça n’ira pas plus vite mais ce sera plus homogène ». Bon bah allons-y alors…

 

Acupuncture.JPG


00h30 : Rien ne va plus ! Je sens des choses bizarres dans mon corps. Papa appelle la sage-femme. Effectivement, verdict : il va falloir pousser maintenant.

 

00h42 : La sage-femme : « j’appelle le gynéco de garde, le bébé est en souffrance, il faut aller très vite maintenant ». Episio, ventouse, poussez maintenant, encore, encore, encore, stop !

 

01h03 : La sage-femme te dépose sur mon ventre. Moi j’ai du mal à réaliser ce qui vient de se produire. Super papa est très ému. Il dit : « Je crois que c’est une fille ». Vérification du corps médical « oui c’est bien une fille, félicitations ! ».

 

 

Publié dans Grossesse Plume

Commenter cet article