Quand la maternité nous renvoit aux relations avec notre propre mère

Publié le par A la mère si

 

Il y a 2 ans et demi, après la naissance de ma fille, j’ai acheté le roman tout juste sorti de Justine Lévy « Mauvaise Fille ».

 

C‘est le 3ème roman de Justine Lévy, il est autobiographique (comme ses deux précédents d’ailleurs). J’adore cet auteur,  dans ce roman son style est sans fioriture, le rythme est haletant et la narratrice n'élude aucun détail. C‘est un récit très honnête, d’une écrivain qui est impitoyable avec elle-même.

 

 

justine-levy.jpg

 

 

Voici l'histoire :

Tandis que Louise va mettre au monde son premier enfant, Alice, sa mère, est en train de mourir d’un cancer. Quand Louise va annoncer la naissance prochaine de sa fille Angèle à sa mère, recluse dans une chambre d’hôpital, cette dernière se montre catégorique et lui affirme qu’elle se trompe. Une petite fille ne peut pas être enceinte. Effectivement, pour Alice, Louise n’a pas grandi.

Louise, à la sensibilité exacerbée, revient sur son enfance douloureuse, sa mère immature et toxique dont elle est le « parent », le début de sa vie d'adulte et ses désillusions.

On la devine « mère » et « maman » : responsable et aimante...

Elle évoque le cancer de sa mère qu'elle prend en charge, sa vie d'amoureuse inquiète, ses relations avec son père fiable. Rien n'échappe à l’œil perspicace de la narratrice : le portrait hilarant des médecins, son père et ses remarques délicieuses lors des premières échographies, son amoureux attentionné et drôle...

Quand, après la disparition de sa mère, Louise retrouve son répertoire, elle comprend peu à peu qu’hormis les souvenirs de sa mère, ce carnet confus et sentimental est la seule chose qui lui reste. Elle tente alors de recomposer la vie fracassée de sa mère au moment où elle doit envisager le présent et l’avenir de sa fille.

 

L'humour insuffle de la légèreté au roman et permet de poursuivre la lecture qui, sans cette distance, serait insoutenable. Car ce livre émotionnellement nous bouscule vraiment surtout si comme moi (lorsque je l’ai lu) vous venez de donner naissance à une petite fille…Et vivez constamment avec la crainte d‘une possible disparition de votre mère.

 

Ce roman devrait être adapté prochainement par son compagnon, l’acteur et nouveau réalisateur Patrick Mille. Izia Higelin jouera le rôle de Louise, Carole Bouquet celui de sa mère.

 

Bref, vous l’aurez compris, j’attends avec impatience sa sortie au cinéma. Ce roman est un de mes préférés. Il ne va pas sans dire que j’avais également adoré les deux précédents, en particulier le très connu « Rien de Grave » où elle raconte sa rupture avec son mari, qui la quitte pour notre « future ex première dame de France » (hum hum). Un roman également très touchant, dont je vous parlerai à la veille du 22 avril prochain peut-être !

 

Aussi, je tenais à rappeller que je n'ai aucune prétention de critique littéraire, je ne suis pas douée pour ça, pas là pour ça, j'écris juste mon ressenti et puis si ça vous donne envie de partager mes lectures, c'est encore mieux !

 




Publié dans Ce que j'ai lu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article