Septembre, en t'attendant

Publié le par A la mère si

Quand ma plume avait trois mois, j’ai acheté « Septembre en t’attendant » d’Alissa Torres.

 

                                                                      septembre-2.jpg


Cette bande-dessinée est un véritablement captivante : L’histoire m’a beaucoup touchée, et le dessin correspond complètement au ton donné à l’histoire.

Le récit est autobiographique : L’auteur, Alissa Torres est enceinte de 7 mois et demi lorsqu’elle perd son mari Eddie dans les attentats du World Trade Center.  C’était son deuxième jour de travail dans une de ces tours, il fait partie de ceux qui ont choisi de sauter dans le vide. Elle raconte avec beaucoup de sensibilité la douleur d’une disparition si cruelle. Pour Alissa, bientôt maman d’un nourrisson, il va falloir apprendre à survivre. Les premières semaines, elle est très entourée. De partout, organismes caritatifs et personnes privées lui proposent leur aide, morale, matérielle, financière. Mais au fur et à mesure que le temps passe, les relations se tendent, les procédures administratives se durcissent, les premiers reproches surgissent…

J’ai quelques regrets seulement : Que soit trop exploité l’aspect matériel de cette disparition (difficultés financières, administratives…) et pas suffisamment l’aspect émotionnel de la perte.

J’ai été parfois un peu perdue avec les flash-back qui peuvent faire perdre un peu le fil de l’histoire.

On y trouve tout de même une critique intéressante de l'Etat américain dans sa façon de gérer le drame, l'obscénité des médias qui utilisent les victimes pour faire de l'audience…

 

En bref, une histoire intéressante qui nous permet de regarder ce drame des attentats d’un point de vue assez intime que nous n’avons pas souvent l’occasion de lire. Cela nous fait également ouvrir les yeux sur ce que les médias et les autorités peuvent faire vivre aux victimes dans ce genre de situations.

 

 

Cette BD est écrite par Alissa Torres,  mise en image par une illustratrice du « New York Times », paru aux éditions Casterman, 213 pages.

Publié dans Ce que j'ai lu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Madame Sioux 02/04/2012 11:37

C'est terrible ce genre d'histoire... Je ne sais pas si je pourrais lire ça, a fortiori enceinte !
En plus, ça fait remonter en moi l'une de mes plus grandes frayeurs : perdre le père de mes enfants du jour au lendemain, notamment pendant la grossesse et qu'il ne voit jamais le visage de l'un de
ses enfants, que ceux-ci grandissent sans se souvenir de lui... Bref, j'arrête, ça me déprime :-(

A la mère si 04/04/2012 12:04



Oui tu as raison, ce n'est pas forcément à lire pendant une grossesse...Ni même plus tard, si on ne le sent pas