Là où je suis née trois fois....

Publié le par A la mère si

Il y a 30 ans, il y a 3 ans, il y a 3 mois....

 

De grands bâtiments, des couloirs aux couleurs pastels, des salles d'accouchement froides, impersonnelles, impressionnantes, un bloc opératoire où des blouses de toutes les couleurs s'affolent. Voilà le lieu, où je suis née trois fois.

 

 

hop.jpg

 

hopital.jpg

Il y a 30 ans j'y suis née, moi, bébé dodu agrandissant ma famille.

De cette naissance, je ne sais finalement que peu de choses : un terme dépassé, une perte des eaux, quelques heures de travail, un cordon autour du cou, une grosse frayeur pour mes parents, un premier cri qui se fait attendre, puis les choses qui rentrent doucement dans l'ordre, la ronde des visites, le jeu des ressemblances avec.... mon ascendance.

 

Il y a 3 ans, j'ai adoré chaque seconde passée dans ce lieu.

Cet endroit qui a pu observer mes premiers pas de maman, mon manque de confiance pendant l'accouchement puis cet astéroide d'émotions qui m'est tombé dessus au moment où j'ai découvert mon premier bébé. Ce lieu qui a entendu en même temps que nous les notes émouvantes de "Stairway to heaven" pendant notre premier contact lacté avec Plume. Mon émerveillement, mes nuits blanches à observer ma plume en me demandant : Est-ce bien moi qui ai fabriqué dans mon corps cet être si complet, si parfait...

 

Oui, cet endroit m'a vue en état de lévitation, flottant à un mètre du sol, l'esprit anesthésié par cette découverte de la maternité. Cet endroit où j'ai demandé une p'tite rallonge de 24 heures pour le séjour, parce que je m'étais attachée à ce lieu. Parce que c'était là que je venais de faire un truc aussi dingue que fabriquer un être humain.

 

Et surtout c'est à cet endroit même que j'ai découvert une facette de ma personnalité dont je ne me doutais pas du tout : J'étais très maternante, très maternelle et je ne le savais pas avant d'avoir atterri ici avec mes 3 valises et le père formant.

Ce lieu, j'y ai versé ma p'tite larme en le quittant, parce que j'avais envie de tout recommencer encore et encore, d'accoucher encore au moins 8 fois de petits clones de Plume. Oui, quand, je vous dis que j'étais en état de lévitation... Et puis aussi, j'crois qu'ils mettaient des champignons qui font planer très très haut dans leurs plateaux repas.

 

Il y a 3 mois, j'ai détesté chaque seconde passée dans ce lieu.

Nous sommes arrivés, le père formant et moi, confiants, enjoués à l'idée de pouvoir revivre un moment si intense. Puis, au fur et à mesure de l'avancée du travail, notre confiance s'est rarrie, notre joie aussi.

Il y a des naissance qui se passent à des années lumières de ce qu'on avait envisagé ou même de ce qui est envisageable pour un évènement comme celui-ci. Les heures passaient et devenaient un supplice auquel personne n'a pu faire changer l'issue. Après de trop nombreuses heures de souffrances intenses on a dû m'arracher ce bébé de mon ventre. M'empêchant ainsi de vivre cette rencontre si forte, ce peau à peau, ces premiers regards échangés, la petite bouche, les petites mains qui cherchent le sein, les yeux humides d'un nouveau père.... 

Il y a 3 mois, ce lieu m'a vue trop longtemps avec cette pompe de morphine à la main, alors que je n'avais rencontré mon bébé que quelques secondes, déjà lavé et emmitouflé. C'est cet endroit qui est témoin des larmes versées la première fois que j'ai touché mon Plumeau.  Des larmes pas seulement de bonheur, des larmes de déception, des larmes de rage face à mon impuissance.

Cet endroit j'ai demandé à le quitter 24 heures plus tôt que prévu, parce que je comptais commencer à écrire notre histoire avec notre fils, loin de ces murs.

Cet endroit, j'y retourne la gorge nouée, je ne peux pas restée insensible à un lieu où j'ai vécu des émotions si fortes et diamétralement opposées.

 

 

 

Cet endroit m'a vue naître trois fois, il est fortement chargé en histoire et en émotions pour moi.....

 

Parce que c'est ici que m'a famille m'a acceuillie il y a 30 ans, parce que c'est ici que j'ai accueilli mes deux enfants, c'est ici que j'ai vu le père formant le regard embué à la vue de ses deux enfants.... C'est ici que nous avons présenté nos Plum's à nos proches, c'est ici que nous avons fait nos premiers pas de parents.

 

 

Publié dans Un peu de moi....

Commenter cet article

Suzanne51 03/11/2012 20:47

Piou que d'émotions et c'est pas courant de faire naitre ses propres enfants là ou on est né !!!

En tout cas super article !!

GROS BISOUS

A la mère si 04/11/2012 19:38



Oui, je pense que ce n'est pas très courant.


Merci pour ce comm'. Bisous



Samdalia 26/10/2012 22:39

ah oui : et très bel article!♥

Samdalia 26/10/2012 22:38

tout d'abord merci, merci de ta visite chez moi, ça m'a permis de venir à mon tour dans ton univers blogosphérique et j'y ai passé un très bon moment! :) tellement bon que je vais m'inscrire à ta
news tiens! alors à bientôt
ps: trop choupis tes plum's!

A la mère si 28/10/2012 08:46



Oh, merci Samdalia ! Moi aussi je viens de te découvrir et je compte bien te visiter très souvent!



maman est occupée 26/10/2012 16:15

Très bel article !

A la mère si 28/10/2012 08:45



Merci beaucoup !


A bientôt !



AmélieEpicétout 26/10/2012 15:23

J'aime beaucoup l'approche de ce billet. L'ambiguité de tes sentiments par rapport à ce lieu doit être un peu déroutant. Sinon je ne peux que compatir pour la césa en urgence, c'est dur à vivre
avant, pendant et après. Gros bisous aux plum's.

A la mère si 28/10/2012 08:45



Oui, comme tu dis c'est déroutant... Et encore ça l'est un peu moins. Mais le premier mois de Plumeau quand je 'y rendais pour des rdv, j'y étais mal à l'aise, j'avais la boule au ventre, les
larmes aux yeux. Quand j'y croisais une femme enceinte, je me disais "oh, la pauvre, et dire qu'elle va devoir accoucher...."


Heureusement aujourd'hui les choses ont bien changé et je garde aussi en mémoire les doux souvenirs de la naissance de Plume. et puis je me dis aussi que c'est ici qu'est né mon plumeau, c'est là
que je l'ai rencontré même si ce fut dans la souffrance...


Toi aussi tu as vécu une naissance difficile alors?


Bisous à toi Amélie !